En réction au dispositif Cap Requin 2 déclenché lundi soir suite àl’attaque de requin au Port, Sea Shepherd et son nouveau correspondant pour La Réunion, Thierry Nikolaeff exprime leur inquiétude quant aux effets du dispositifs sur les baleines qui vont prochainement arriver aux abords de nos côtes:

« La saison des baleines débute à La Réunion, l’occasion rêvée de redorer le blason touristique d’une île à la dérive… Mais cela c’était sans compter Cap requin 2…..

Ce toujours aussi surprenant et obscur comité décisionnaire non scientifique, dont le nom rappelle la suite d’une mauvaise série Z, a décidé de profiter de l’occasion pour poser des drumlines et palangres dans la baie de SaintPaul et près des plages.

Prenons le temps de rappeler le fonctionnement de ces dispositifs: un hameçon appâté (souvent placé à plus de 2 m du fond) est relié par le biais d’une chaîne puis d’un filin à une bouée. Un second câble quitte cette structure en surface sur quelques mètres, grâce à des flotteurs, avant de plonger vers le fond. Il est relié à une ancre qui assure ainsi le maintien du dispositif. Les requins capturés restent libres de se mouvoir autour du point d’ancrage et attendent patiemment qu’on vienne les cueillir.

Il me semble utile de rappeler qu’il s’agit d’une technique de pêche vieille de 70 ans. À La Réunion, cette méthode est utilisée pour « prélever » des requins bouledogue et tigre. Le premier souci est que lorsque qu’un plus petit requin mord à l’hameçon, il attire rapidement de plus gros prédateurs et un banquet frénétique se déclenche alors autour du dispositif. Je vous laisse imaginer la réaction d’un bouledogue en pleine frénésie alimentaire qui entend les éclaboussures en surface d’un surfeur à quelques mètres de là…

Par ailleurs, les drumlines ne sont pas appâtées avec un menu « spécial requins ». Est ce nécessaire de rappeler que de nombreux animaux marins sont susceptibles d’être intéressés par la proie agonisante?

C’est ainsi que l’an dernier une baleine a agonisé des jours entiers prisonnière d’une drumline à La Réunion. Tortues et autres espèces en danger sont également menacées.

Enfin, qu’en sera-t-il quand les touristes décideront de nager avec les baleines au milieu du champ de mines? Le danger sera accru pour les cétacés comme pour les baigneurs et on taxera de nouveau les requins de tous les maux alors que le double jeu des hommes est seul responsable. Valoriser le tourisme baleines au milieu d’un banquet flottant? Jusqu’où l’inconscience poussera les « autorités » Réunionnaises ?

Commentaires sur les requins