Accueil Infos Requins Réintroduction du Grand Requin Blanc dans l’archipel des Glénan

Réintroduction du Grand Requin Blanc dans l’archipel des Glénan

44427
0
20 requins blancs juvéniles lâchés au sud de l'île de Penfret sur l'archipel des Glénan
20 requins blancs juvéniles lâchés au sud de l'île de Penfret sur l'archipel des Glénan

Dans le cadre de la nouvelle loi Biodiversité qui vient d’être adoptée le 24 Mars à l’Assemblée Nationale, des mesures pour protéger le milieu marin et les espèces menacées ont été décidées. Le Ministère de l’Ecologie a annoncé par la voix de Ségolène Royal une extension de la protection d’un grand nombre d’espèces marines au large des côtes françaises sur toute la zone économique exclusive et le plateau continental.

Les requins feront l’objet d’une attention toute particulière car plusieurs espèces sont sur la liste rouge des espèces menacées en France. Une mesure de réintroduction du grand requin blanc a été prise pour aider à la reconstitution des effectifs de ce grand prédateur marin qui se fait de plus en plus rare dans l’océan Atlantique

Moins polémique que la réintroduction de l’Ours dans les Pyrénées, la réintroduction du grand requin blanc dans l’archipel des Glénan devrait réjouir les amoureux des squales, mais elle pose de sérieuses questions de sécurité aux abord des plages.

Le Programme de réintroduction du Grand Requin Blanc dans l’archipel des Glénan devrait commencer dans les tous prochains jours et consistera à relâcher dans un premier temps 20 spécimens au large de l’île de Penfret, dans le sud sud de Fouesnant dans le Finistère. Ces requins juvéniles en provenance d’Afrique du Sud où ils ont été prélevés devraient s’acclimater aux eaux tempérées de l’Océan Atlantique et s’y reproduire.

Les associations de protection des requins se sont réjouies de cette annonce. « Les requins sont menacés par la surpêche et le shark finning. 100 millions de requins sont tués chaque année et il est important de prendre des mesures fortes pour les protéger, » a déclaré un porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot.

Beaucoup moins enthousiastes, des surfeurs se sont émus d’apprendre que des squales potentiellement dangereux pour l’homme allaient être relâchés non loin des spots. « Quand on voit ce qui se passe à La Réunion, on se dit qu’il vaut mieux ne pas jouer aux apprentis sorciers avec la Nature. Nous ne voulons pas servir de cobayes à ce genre d’expérimentations« , a déclaré Alexandre, surfeur expatrié de La Réunion vivant aujourd’hui a La Torche. Il ajoute à juste titre que les requins n’ont pas totalement disparu de nos côtes (comme en témoignent les observations de requin à Biarritz  NDLR).

La ministre de l’Ecologie a tenu à rassurer les usagers des plages et à relativiser les risques : « Les requins relâchés seront de petite taille, et ils seront marqués pour être suivis à la trace. Si un requin approche de trop près des plages fréquentées cet été, des alertes seront déclenchées et il sera possible d’être averti par SMS. »

Le responsable du programme de réindroduction du grand requin blanc préfère parler des applications éducatives : « Chaque requin sera équipé d’une balise GPS et d’une caméra GoPro pour suivre son évolution en temps réel sur un site Internet de shark tracking ». Les élèves des collèges pourront suivre leur évolution sur leurs tablettes numériques dans le cadre d’un programme pédagogique intitulé « Mon Ami le Requin« . Les squales ont déjà reçu des prénoms pour les identifier : Ana, Brutus, Cynthia, Damien, Eva, Félix…

Si l’expérience-pilote réussit, une deuxième opération de lâcher de 20 grands requins blancs devrait avoir lieu avant la fin de l’année à un endroit qui reste à définir dans le cadre d’un programme pluri-annuel de réintroduction du grand requin blanc dans l’archipel de Glénan. L’introduction de requins tigres et bouledogues serait également à l’étude.

Le Ministère a précisé que la pêche d’un requin marqué pourra être sanctionnée.

La Fédération Française de Surf devrait également envoyer dans la semaine une lettre ouverte au Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable pour se plaindre de cette opération qui pourrait porter préjudice à l’activité surf et au tourisme balnéaire.

Pour l’association Sharks Lovers France, c’est un faux problème : « Le requin est chez lui dans l’océan et nous ne sommes que des invités. Il faut relativiser les attaques de requins qui font moins de morts que les éléphants. Comme le dit Paul Watson de Sea Shepherd, les surfeurs doivent accepter les risques de surfer avec des requins. »

Les surfeurs et les nombreux vacanciers qui ont prévu de venir cet été sur la côte atlantique apprécieront.

Ceci est bien évidemment un faux article, aucun grand blanc ne sera lâché dans l’archipel des Glénan.

Commentaires sur les requins