Une observation minutieuse des dents de requin a fait ressortir qu’ils contiennent du fluorure, l’ingrédient actif de la plupart des dentifrices et des bains de bouche pour les soins dentaires. Elle contribue à expliquer pourquoi les requins sont si efficaces à chaque déchirure ou découpe de leurs proies. Leurs dents sont parfaitement conçues pour ces tâches, ne souffrant jamais de caries, selon l’étude récemment publiée (lien plus bas).

Alors que des dents de requin contiennent de la fluoroapatite minérale (phosphate de calcium fluoré), les dents de l’homme et d’autres mammifères contiennent de l’hydroxyapatite, qui est un constituant inorganique également trouvé dans les os.

Selon le coauteur de l’étude, Matthias Epple, professeur de chimie inorganique à l’Université allemande de Duisburg-Essen :

Afin de rendre les dents plus résistantes à l’acide, le dentifrice contient souvent du fluorure. Dans la surface des dents humaines après le brossage, une petite quantité, moins de 1 %, d’hydroxyde est échangé par le fluorure. En revanche, la surface des dents de requin contient 100 % de fluorure. En principe, les requins ne devraient pas souffrir de caries. Comme ils vivent dans l’eau et qu’ils changent de dents régulièrement, la protection dentaire ne doit pas être un problème pour les requins.
Pour l’étude, Epple et ses collègues Joachim Enax, Oleg Prymak et Dierk Raabe ont utilisé une multitude de techniques de haute technologie pour leur enquête, y compris la microscopie électronique à balayage, pour regarder les dents de deux requins différents : le requin mako (Isurus oxyrinchus) et le requin-tigre (Galeocerdo cuvier). Ces requins ont été choisis en raison de leurs habitudes alimentaires différentes. Le requin mako déchire la chair de ses proies, tandis que les requins-tigres la découpe.

Malgré ces différences, les dents des requins possédaient la même composition chimique et cristalline. En plus de l’émail externe fortement minéralisé, il a été établi qu’à l’intérieur des dents de requins se trouve un matériau mou, connu sous le nom “dentine”, qui contient plus de protéines et est plus élastique. Les dents de l’homme ont également de la dentine.

Les mesures mécaniques et les analyses, à des micros et nanoéchelles, ont déterminé que des dents de requins ne sont pas plus dures que celles de l’homme. Cette découverte est surprenante, parce que la fluoroapatite est plus dure que l’hydroxyapatite, si une dent était uniquement composée de matière minérale, une dent de requin serait plus dure qu’une dent humaine, selon Epple. Il semble que la dent humaine ait un agencement particulier de ses cristaux d’émail et de matrices protéiques, pour finir par être aussi dur qu’une dent de requin.

Pour le scientifique, si les dents de tout animal, y compris les humains, étaient des minéraux très durs, elles seraient plus fragiles et plus faciles à briser. La nature a donc des moyens pour contourner ce problème, avec des dents fabriquées à partir de petits cristaux qui sont disposés spécifiquement pour les rendre plus résistants mécaniquement. La petite quantité de protéines dans les dents, également présente dans d’autres structures dures, comme les os et les coquilles, les rendent plus “élastiques”.

Ce genre de travail aborde vraiment, au niveau le plus fondamental, comment ont évolué les dents pour faire face aux remarquables contraintes qu’ils subissent dans la nature. En plus de la structure unique de leurs dents, les requins ont également la possibilité de remplacer leurs dents à plusieurs reprises au cours de leur vie. Cela n’est pas dû à des caries, mais plutôt parce que leurs dents finissent parfois coincées dans une proie ou parce qu’ils sont forcés de s’en défaire.

Source

Commentaires sur les requins