Des chercheurs ont fabriqué une étrange machine, en collant des dents de requin sur une scie sauteuse, pour observer l’efficacité des dents de requins en fonction des espèces.

En règle générale les carnivores ont des dents pointues et/ou tranchantes afin de déchirer la chair. Or les requins échappent à cette loi.

Bien que majoritairement carnivores (exception faite par exemple du requin baleine), la forme de leurs dents varie beaucoup d’une espèce à une autre. Des requins ont des dents en pointe, et d’autres en forme d’arêtes par exemple.

La machine établie par ces chercheurs reproduit l’attaque du requin : celui-ci après avoir planté ses dents pour tailler la chair secoue fortement la tête pour arracher des morceaux de cette même chair.

Pour l’expérience, les chercheurs ont déposé une carcasse de saumon que la machine broie avec les différentes dents pour mesurer leur efficacité mais aussi l’usure des dents après le déchiquetage.

Différents types de dents de requin fixées sur une lame de scie sauteuse
Différents types de dents de requin fixées sur une lame de scie sauteuse

Au vu des résultats expérimentaux, les requins tigre, gris et soyeux sont les plus efficaces. Cependant, elles s’usent vite. Ils les perdent rapidement, et d’autres les remplacent. Le requin griset, au contraire, a des dents plus résistantes.

Chez les mammifères, il est assez facile d’identifier le régime alimentaire en étudiant la dentition. Pour faire simple : les carnivores ont des dents pointues et/ou tranchantes pour percer et découper les chairs, tandis que les herbivores ont plutôt des dents plates pour broyer les végétaux. Les animaux omnivores présentent, eux, plusieurs types de dents pour percer (canines), couper (incisives) ou broyer (molaires). Mais chez les requins, mener cette même étude est bien plus compliqué. La plupart d’entre eux (à l’exception notable du gigantesque requin baleine), ont un régime alimentaire carnivore. Pourtant, d’une espèce de requin à l’autre, la forme des dents est très différente. Certains ont la gueule garnie de triangles aux arêtes acérées, d’autre en pointes ou plus ou moins incurvées.

« Mais contrairement aux mammifères, le lien entre la morphologie de la dent et sa fonction n’est pas toujours évident » expliquent des chercheurs britanniques et américains dans un article publié dans la revue Royal Society Open Science. « Il n’y avait pas encore d’études prédictives entre la morphologie des dents des requins et leur performance » affirment les chercheurs. En effet, les études précédentes sur les dents de ces chasseurs des mers ont montré une efficacité équivalente lorsqu’il s’agissait de pénétrer la chair des proies.

Variabilité des dents chez les requins
Variabilité des dents chez les requins

L’équipe a donc plutôt porté son attention sur l’efficacité de coupe de différent types de dents. En effet, lorsqu’ils s’attaquent à de grosses proies, certains requins ont une technique de chasse très efficace. Ils fondent par surprise sur leur victime, y mordent à pleine dents puis agitent violemment la tête latéralement. Leurs multiples rangées de dents agissent alors à la manière d’une véritable scie qui taille dans les chairs et provoque de fatales hémorragies. Après cette première attaque, le prédateur n’a plus qu’à attendre que sa proie se vide de son sang avant de revenir à la charge. Cette technique consistant à secouer violemment la tête après avoir mordu permet également d’arracher de larges morceaux de chair afin de consommer la proie. Pour reproduire ce mouvement latéral de la tête du requin, l’équipe a collé des dents de différentes espèces sur la lame d’une scie sauteuse.

Puis après avoir actionné la scie, les chercheurs ont tenté de découper une carcasse de saumon à l’aide de chacun de ces instruments. Les équipes ont mesuré l’efficacité de la coupe puis se sont ensuite intéressés à l’usure des dents après l’opération.

 Sans surprise, les chercheurs ont constaté que les dents de requin tigre, de requin gris ou de requin soyeux, présentant des arrêtes plus tranchantes, perçaient beaucoup plus facilement la chair du saumon. En revanche, ils ont constaté que ces dents s’usaient aussi beaucoup plus vite. Heureusement, les requins qui portent ce type de dents les perdent et les remplacent très rapidement. Les requins grisets, eux, ont des dents beaucoup plus pérennes. Et ils ne pratiquent d’ailleurs pas ce type de morsure latérale sur leurs proies qu’ils avalent d’un coup. Leurs dents leur servent plutôt à maintenir cette dernière plutôt qu’à la découper. D’après cette équipe,la pression de sélection qui a privilégié les requins régénérant leur dentition plus vite, est principalement due à ce phénomène d’usure des arêtes des dents (plutôt que de leur cassure) chez les requins adeptes du « découpage » de leur proie.

Commentaires sur les requins