Publiant leur étude dans le Journal of Experimental Biology, des chercheurs américains ont montré expérimentalement que, pendant la nage, les minuscules écailles de la peau du requin, non seulement absorbent la traînée due à la résistance de l’eau, mais la transforment en impulsion qui accroît encore les performances de l’animal. George Lauder et Johannes Oeffner, de l’Université Harvard, ont voulu vérifier et préciser les mécanismes, partiellement connus, par lesquels les denticules de la peau du requin – de minuscules écailles ressemblant à des dents – interagissent avec l’eau lors des déplacements du poisson. Après avoir récupéré la peau d’un requin mako fraîchement pêché, ils en ont découpé des bandes qu’ils ont fixées de part et d’autre d’une feuille rigide d’aluminium, avant de plonger le tout dans une cuve d’écoulement au débit réglable, permettant de simuler un déplacement et d’en mesurer la vitesse.

1370529935L’expérience étant peu concluante à cause de la rigidité de la feuille d’aluminium, fort éloignée de la souplesse du corps des squales, ils ont recommencé avec uniquement de la peau de requin – intacte, dans un premier temps, puis ayant ses denticules soigneusement limées, dans un deuxième temps. Résultat : la feuille de peau intacte a ‘nagé’ 12,3% plus vite que la peau poncée.

La surface rugueuse du requin a bien amélioré la performance natatoire de façon spectaculaire, rapporte Science Daily. Réitérant l’expérience, mais cette fois en mettant en évidence le mouvement tourbillonnaire de l’eau grâce à de la lumière laser, les chercheurs se sont rendu compte que, en plus de réduire la traînée, la peau générait activement une poussée. « C’est la surprise numéro 1 : il ne s’agit pas seulement de propriétés de réduction de la traînée, les denticules modifient la structure de l’écoulement [de l’eau] près de la peau du requin d’une manière qui améliore la poussée », explique Lauder, qui projette maintenant de concevoir des modèles physiques et mathématiques pour démêler en détail ces étonnants mécanismes naturels.

1370529904
Chaussure en peau de Galuchat, peau de requin

La peau de requin est faite d’un nombre incroyable de denticules, semblables à de minuscules dents modifiées, d’une dureté à toute épreuve, implantées directement dans le derme. Tout comme les dents, elles tombent et repoussent, jusqu’à 50.000 en une seule année !

La structure de cette peau si particulière permet une excellente pénétration dans le milieu aquatique, doublée d’un déplacement très silencieux. L’homme s’en est largement inspiré pour améliorer les performances hydrodynamiques des sous-marins ou celle des combinaisons de nage. La peau de requin a d’autres qualités, notamment celle d’être un abrasif puissant, utilisé de tous temps comme râpe par les menuisiers, ébénistes… ou les cuisiniers !

1370529926Une fois abrasée et tannée, elle donne un cuir souple, étanche et robuste. Les japonais l’utilisaient pour gainer les poignées des sabres de samouraï ou les armures. Au Maroc, elle fournit la matière première de ce qu’on nomme le « cuir de Boroso » ou plus simplement le « chagrin », qui orne des objets précieux comme les boîtes à bijoux ou les reliures de livres.

En France, cet usage est lancé au XVIIIe siècle par le maître gainier du Roi Louis XV, Jean-Claude Galluchat. Un temps passé de mode, le « galuchat » connaît un deuxième âge d’or avec la période Art déco, vers 1930.
Aujourd’hui, un goût retrouvé pour ce style donne lieu à de nouvelles créations. La maroquinerie de luxe continue à faire grand usage de ce cuir haut de gamme.

Le galuchat (1755 galucha, de Jean-Claude Galluchat, nom de l’inventeur, mort en 1774)est un cuir de poisson cartilagineux (de raie ou de requin) utilisé depuis longtemps en ébénisterie, gainerie, et plus récemment en maroquinerie.

À mi-chemin entre le cuir et le minéral, le galuchat est recouvert de perles de silice donc difficile à tanner. Il présente différents aspects : granuleux et brillant, ou bien poncé : dans ce cas, il est lisse et laisse apparaître une surface cloisonnée de petites cellules qui sont autant de petites rangées de perles scintillantes.

Commentaires sur les requins