Les requins sillonnent les océans de la Terre depuis plus de 450 millions d’années, quand l’Homme y marche depuis seulement 2,5 millions d’années. Une performance exceptionnelle qui dénote une formidable résilience et une capacité d’adaptation aux crises biologiques majeures. Et ce n’est sans doute pas un hasard si l’animal ayant la plus importante longévité au monde est justement un requin : le requin du Groenland, un imposant mais paisible squale qui occupe les eaux froides de l’Arctique.

Peu connu, le requin du Groenland (Somniosus microcephalus) ou la laimargue atlantique ou skalugsuak (pour les inuits), vit dans les eaux froides et profondes (entre 200 et 400 m) des océans Arctique et de l’Atlantique Nord. Il est également surnommé le dormeur du Groenland eu égard à sa façon de nager, lentement au fond de l’eau. Et cette économie d’énergie lui permet de revendiquer la plus longue espérance de vie au monde chez les vertébrés.

Ce paisible prédateur a une taille comparable au grand requin blanc. A ce titre, il est l’un des plus grands requins et le plus grand poisson de l’Arctique : il peut atteindre plus de 6 m de long pour plus d’une tonne. C’est l’une des deux seules espèces de requins (l’autre étant l’aiguillat noir) que l’on trouve en Arctique.

Le requin du Groenland, comme d’autres requins, est un opportuniste qui n’est pas difficile sur la nourriture : « on a trouvé à l’examen du contenu de son estomac des restes de pratiquement toutes les espèces marines – anguille, baleine, phoque, oursin, crabe, poissons divers, y compris d’autres espèces de requins, et même des restes de mammifères terrestres comme de l’ours polaire ou du caribou, qui se retrouvent parfois dans l’eau. » indique le WWF Canada. Pour autant, aucune attaque sur l’Homme n’a été confirmée et il est manifestement indifférent à sa présence comme en témoignent les images sous-marines suivantes.

Commentaires sur les requins