L’Institut océanographique de Monaco, à mis en place une « Boîte à outils requin »

Mesurer le risque et se protéger des attaques

Sous l’impulsion et la présidence de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, deux ateliers d’experts internationaux sur les requins ont été organisés par l’Institut océanographique en 2013 et 2014.

Un document unique est né de ces rencontres et de l’important travail de recherche qui en a découlé : la « boîte à outils requins ».

Elle regroupe les solutions existant dans le monde pour se prémunir des attaques de requins tout en mettant en perspective la réalité des risques encourus par l’homme.

Les 11 fiches que contient ce dossier présentent les nombreuses initiatives prises dans les endroits du globe connus pour des attaques de requins sur l’homme : l’issue fatale de ces accidents, bien que très rare, n’en est pas moins dramatique. Chaque vie étant précieuse, l’Institut océanographique a un double objectif : faire la promotion de ces outils pour protéger les personnes qui souhaitent profiter de la mer en toute sécurité et informer sur la relativité de la menace que ces animaux font peser sur nous : en moyenne 10 morts par an dans le monde.

La fiche Pdf : VIVRE AVEC LES REQUINS

En comparaison, les requins disparaissent de l’océan à une vitesse vertigineuse, victimes d’une pêche frénétique pratiquée notamment pour la soupe d’ailerons. On estime à près de cent millions le nombre de requins tués chaque année. Leurs populations auraient ainsi été éliminées à 75%, voire 90%, en seulement 50 ans

S’il n’avait pas cette image de tueur sanguinaire qui lui colle à la peau, aussi bien due à son faciès qu’au talent de Steven Spielberg, le requin aurait probablement bénéficié d’une prise de conscience plus rapide quant à sa protection. Car la grande majorité des 500 espèces de requins, dont 180 sont considérées comme « menacées », se développe et se reproduit très lentement alors que son rôle de régulateur est essentiel à l’équilibre de la biodiversité marine. La reconstitution de populations s’avèrera particulièrement lente et incertaine.

En installant dans son film Shallows – Instinct de survie certaines des mesures de protection présentées dans notre dossier, le réalisateur Jaume Collet-Serra aurait très probablement évité à son héroïne – interprétée par Blake Lively – de s’épuiser durant 1h30 à tenter d’échapper aux dents d’un énorme requin blanc. Cette fiction se serait certes privée d’un suspense intenable mais en assurant la promotion de méthodes réelles dans un scénario qui ne l’est pas : car le requin, si nous étions à son « menu » comme il l’est au nôtre, ferait certainement bien plus que 10 morts par an…

Commentaires sur les requins