Avec la progression des attaques de requins dans le monde [1], les mesures actuelles de réduction du risque ne sont pas suffisamment performantes vis-à-vis de nos attentes.

Une nouvelle solution pour éradiquer les accidents avec les squales doit être élaborée en tenant compte de leurs aptitudes exceptionnelles, comme leurs capacités d’adaptations et la finesse de leurs sens. En effet, l’animal est plus ancien que les dinosaures et a évolué, s’est adapté au fil des ages. -Le fossile d’un requin de 325 millions d’années a été découvert [2].

Le projet de clôture sonique vise à exploiter une composante de l’instinct de survie, la douleur et le conditionnement aversif associé -un mécanisme présent chez tous les êtres vivants.

En raison de contraintes opérationnelles, deux appareils sont nécessaires :

  1. Une première machine sélectionne les requins dangereux, émet un signal sonore qui sera mémorisé puis leurs produit une douleur intense.
  2. Un deuxième appareil, situé dans les zones à sécuriser, émet faiblement et périodiquement les mêmes sons qui repousseront les animaux conditionnés.

Avec l’utilisation de fréquences sonores non atténuées par l’eau et très bien perçues par les requins [3], le rayon d’action de la répulsion sera très grand à faible puissance d’émission.

L’étude scientifique CHARC [4], réalisée à l’île de la Réunion, indique que les requins bouledogues parcourent l’ensemble du littoral à une profondeur comprise entre la surface et 80 mètres de profondeur. Ainsi, en disposant une ligne de bouée de conditionnement perpendiculairement à la côte, la plupart des requins dangereux d’une île seront conditionnés en quelques mois et fuiront les zones munies des bouées de répulsion.

Les modules de conditionnement aversif.

cloture_02_hi_resSitué à une profondeur de 30 mètres, ce dispositif réalise plusieurs actions :

  • attirer les requins par l’odeur ou des vibrations similaire à celle d’un poisson blessé.
  • Identifier un animal dangereux soit un requin bouledogue ou tigre de longueur supérieure à 1,5 mètres.
  • Emettre une séquence de sons artificiels. La puissance progresse avec l’approche de l’animal.
  • Lors de la fuite du squale, le volume sonore est augmenté jusqu’à provoquer une douleur intense.

Les bouées de répulsion.

cloture_05_hi_resL’appareil répulsif comprend à sa base un haut parleur qui émet sous l’eau, à faible puissance et toutes les 5 minutes pendant quelques secondes les mêmes tonalités que celle du conditionnement.

Description détaillée :

Les réponses aux questions fréquemment posées et une description détaillée du dispositif de clôture sonique sont accessibles à l’adresse : http://francoisrigaud.free.fr/

Adresse mail de contact :
mail_clotureRéférences :

[1] : Fréquence des attaques de requins, depuis 1960, par le Muséum d’histoire naturelle de Floride :http://www.flmnh.ufl.edu/fish/isaf/shark-attacks-maps-data/trends/frequency-rates/

[2] : Requins – De la préhistoire à nos jours, Gilles Cuny, Alain Bénéteau, ISBN-10:2701154235

[3] : Myrberg, A. A. (2001). The acoustical biology of elasmobranchs. Environmental Biology of Fishes 60(1-3).

[4] Le rapport CHARC : http://www.la-reunion.ird.fr/toute-l-actualite/l-actualite/l-actualite-du-programme-charc/rapport-scientifique-final-du-programme-charc

Commentaires sur les requins