Solution de protection anti requins

Si on écoutait le gouvernement d’Australie Occidentale, on finirait par croire qu’on ne peut pas faire grand-chose pour se protéger contre le risque infime d’une rencontre indésirable avec un requin, si ce n’est de tuer des requins protégés et vulnérables. Pourtant Sea Shepherd a synthétisé sur une affiche les nombreux moyens dont nous disposons pour protéger les usagers des plages sans avoir besoin de recourir à des mesures létales, et ces alternatives sont disponibles dès maintenant.

Cette liste peut être scindée en quatre grands chapitres : l’éducation, la surveillance, les barrières et les équipements de protection individuelle. Sea Shepherd ne recommande aucun produit en particulier, mais souligne simplement le fait qu’il existe des moyens disponibles dès aujourd’hui pour diminuer le risque, déjà faible, d’une morsure de requin.

L’éducation.

Le marquage des requins a fourni aux scientifiques des informations sur le comportement d’espèces de requins qui pourraient être utilisées par le gouvernement pour éduquer les gens dans les endroits où on sait que les requins se rassemblent à certaines périodes de l’année. Par exemple quand des vivaneaux apparaissent sur la côte de Warnbro Sound (Australie Occidentale) en décembre, on trouve également des requins blancs dans les environs. Malheureusement le gouvernement d’Australie Occidentale a récemment détourné ces informations pour lancer un ordre de capture et d’abattage, ce qui fut particulièrement frustrant pour tous ceux qui s’impliquent dans le marquage et les projets de recherche, au point qu’ils ont maintenant des réserves sur le partage des informations de marquage. Si nous voulons en apprendre plus sur les habitudes et les comportements des requins pour mieux protéger les usagers, alors le marquage et le suivi des requins sont un moyen pour y parvenir.

Le marquage des requins et leur reconduite vers des eaux plus profondes se sont aussi avérés très efficaces, et reposent sur des données scientifiques. Cette initiative a été testée au Brésil et les accidents de requins y ont été réduits de 97% avec un impact minimum sur l’environnement.

D’autres outils éducatifs sont actuellement disponibles comme des sites internet gouvernementaux et des applications tels que Sharksmart en Australie Occidentale et en Nouvelle Galles du Sud mais aussi via des informations sur des observations de requins sur Surf Live Saving sur Twitter ou sur iKoast.

Surveillance

Un monde sans requins est une perspective effrayante (cliquer pour agrandir)Surf Live Saving fait de la surveillance aérienne en Australie Occidentale, en Nouvelle-Galles du Sud, au Queensland et en Australie Méridionale. En plus de ces patrouilles, des drones sont mis à l’essai dans le Queensland. La société Osprey a développé un mini dirigeable qui se sert d’un système de caméra pour repérer les requins et SciFly a développé des caméras spéciales utilisant une technologie basée sur le sonar pour localiser les requins.

Surf Live Saving fait aussi de la surveillance depuis le rivage, alors que dans la ville sud-africaine du Cap, un programme spécifiquement dédié aux requins, en place depuis une dizaine d’années, utilise un système de drapeaux et d’alertes pour prévenir la population lorsque des requins sont en vue.

Une autre technique récemment mise en avant est le système Clever Buoy qui utilise des sonars pour détecter les mouvements de requins et avertir les surveillants des plages que des requins ont été détectés.

Des barrières écologiques

Dans les années 1930, la Nouvelle-Galles du Sud avait posé des filets anti-requins. Des filets similaires ont été utilisés plus tard dans les années 60 dans le Queensland. Ces filets ne sont ni des barrières ni des enclos, et ce sont de véritables catastrophes écologiques, entraînant la mort d’un grand nombre d’animaux marins, piégés chaque année dans ces filets, tels que des phoques, des dugongs, des tortues, des dauphins, des raies et même des baleines.

Cependant avant l’installation de ces filets, on a construit des piscines en mer sur certaines plages, ce qui était extrêmement populaire sur la côte est de l’Australie et qui commence à revenir à la mode en Australie Occidentale.

Au 21ème siècle, on a conçu et testé de nouvelles barrières, notamment la Eco Shark Barrier, actuellement installée sur la plage de Coogee Beach à Perth, mais aussi la Shark Safe Barrier, testée avec succès en Afrique du Sud, et la Bionic Barrier.

Les équipements de protection individuelle.

Déjà disponibles dans les magasins, on trouve des équipements de protection individuelle pour réduire les ‘interactions indésirables’ avec les requins comme des combinaisons et des planches de surf spécialement conçues pour dissuader les requins. De plus, les usagers peuvent utiliser des dispositifs de dissuasion électronique comme Shark Shield et SurfSafe, un produit exclusivement destiné aux surfeurs. On trouve aussi SharkBanz, un nouveau produit qui est sorti récemment en Australie, qui utilise une technologie magnétique pour éloigner les requins.

Et il ne s’agit que des produits disponibles immédiatement. Des recherches continuent sur d’autres technologies comme les répulsifs chimiques, le masquage du bruit des nageurs, les rideaux de bulles, les bruitages sous-marins et les lumières stroboscopiques.

Alors avec tout ce qui est disponible, pourquoi les gouvernements n’écartent-ils pas les méthodes létales inefficaces pour recourir à des mesures non létales pour protéger les humains des rencontres indésirables avec des requins ?

De nombreuses solutions de protection existent face aux requins

Commentaires sur les requins